Clément Méric

Doctorant en sociologie
Contact

Domaines de spécialité

Sociologie de la santé et de la médecine
Sociologie de la sexualité
Sociologie du genre

Thèse en cours


"Un cancer, et après ? Prise en charge médicale et modalités de détermination et d’organisation des conditions et des choix de vie à la suite d’un cancer. L’exemple des hommes atteints d’une tumeur germinale", sous la direction de Philippe Combessie.


Résumé :

Ma thèse s’intéresse à la prise en charge médicale des hommes atteints d’une tumeur des cellules germinales (« cancer du testicule ») ainsi qu’aux modalités de détermination et d’organisation des conditions et des choix de vie pendant et suite à la maladie par le patient et ses proches.

Le taux de survie d’un cancer des cellules germinales chez l’homme est le plus élevé. Cinq ans après le diagnostic, il est supérieur à 95 %. Précisément, il est de 95 à 98 % pour les formes localisées et de 80 à 85 % pour les stades métastatiques. Ainsi, les cas graves, voire critiques, sont le plus souvent guéris.
Son incidence (2317 nouveaux cas estimés en 2012) a doublé en France depuis près d’une quarantaine d’années, s’inscrivant ainsi dans la tendance épidémiologique globale du cancer de ce pays, soit une augmentation générale de son incidence pour une progressive baisse de sa mortalité.
C’est une pathologie qui touche particulièrement la classe d’âge des adolescents et des hommes jeunes (principalement entre 15 et 49 ans ; l’âge moyen est de 30-34 ans), soit à un moment biographique important sur au moins trois plans. Tout d’abord, en pleine période d’activité professionnelle. Ensuite, de procréation : l’âge moyen du père à la naissance des enfants était de 32,7 ans en 2005 pour la France. Enfin, en période relativement importante d’activité sexuelle : le nombre moyen de rapports mensuels des hommes français âgés de 25 à 34 ans (avec leur dernier partenaire) était de 10,4 en 2006 contre 8,7 pour l’ensemble de la population masculine entre 18 et 69 ans.
Concernant le traitement de ce cancer, une biopsie n’étant pas possible en raison d’un risque de dissémination de la tumeur, l’ablation du (ou parfois des) testicule(s) atteint(s) est quasi-systématique. Cette opération chirurgicale nommée « orchidectomie » est le plus souvent suivie d’une chimiothérapie et/ou d’une radiothérapie pouvant créer, sinon aggraver, à plus ou moins long terme, des troubles de la fertilité souvent déjà connus par les patients : 70 % d’entre eux sont atteints d’hypofertilité au moment du diagnostic. De plus, un curage ganglionnaire ou une chirurgie des masses résiduelles suite à une chimiothérapie peuvent créer des troubles de l’éjaculation. Après traitement, la fertilité du soigné est alors diminuée d’environ 30 % par rapport à la population générale.
A travers tout ceci on observe comment l’incertitude du pronostic vital, même quasi dissipée, se retrouve transposée aux conditions et choix de vie pendant, mais aussi et surtout suite à la maladie dont le « spectre » va, ou du moins peut amener le patient (de même que ses proches) à se demander : « Quelle va être la vie finalement ? »
Précisément, ce cancer et ses traitements posent question quant à la gestion de leurs possibles implications au niveau sexuel, corporel et du genre, mais aussi parental et familial ou bien encore de la vie professionnelle – implications toutes retrouvées, du moins formellement, pour nombre d’autres tumeurs.
On voit également comment cette pathologie, ses traitements et leurs implications posent un questionnement se situant au croisement de plusieurs grands thèmes de la sociologie et de l’anthropologie : la santé, la maladie et la médecine, mais aussi la sexualité, le corps, le genre ou bien encore la parenté et la famille.
Il semble alors que toutes ces spécificités fassent apparaître les tumeurs des cellules germinales chez l’homme comme une possible « situation modèle », c'est-à-dire potentiellement paradigmatique et prospective, car représentant à terme l’expérience que la quasi-totalité des cancers représentera : une maladie dont les chances de rémission ou de guérison sont élevées, voire très élevées, mais laissant des séquelles ou « traces » avec lesquelles il faut continuer de vivre. Se pose alors la question de savoir comment ; interrogation s’inscrivant donc dans une démarche d’alimentation de la réflexion sur le survivorship ou « survivance » par l’étude d’un cas apparaissant prototypique.
Précisément, c’est en me basant sur des entretiens réalisés avec des patients et des observations de consultations en centre de lutte contre le cancer qu’il m’est possible de reconstituer et d’analyser des trajectoires de maladie pour tenter appréhender les types de travail effectués, de même que les stratégies adoptées ainsi que les choix opérés par ces hommes et leurs proches en réponse aux implications de ce cancer.

Plus largement, et en incluant ma participation actuelle à une recherche collective, je m’intéresse à l’organisation des soins ainsi qu’à la vie vécue des cancers masculins.

Mots-clefs : santé, médicine, cancer, homme, trajectoire de maladie, sexualité, corps, genre, parenté, famille.

Axes de recherche du laboratoire :
Axe 1 : Pratiques et politiques des corps

Parcours

2011 à aujourd’hui Doctorant en sociologie à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Philippe Combessie. Recherche effectuée au sein de l’Ecole doctorale « Économie, Organisations, Société » (ED 396) ainsi que du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco) du Centre de recherches en Sociologie, philosophie et anthropologie politiques (Sophiapol – EA 3932).

2009-2011 Master 2 recherche « Économie et Société » à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Mémoire de recherche : « Un cancer, et après ? Prise en charge médicale et vécu des hommes atteints d’un cancer des cellules germinales », sous la direction de Philippe Combessie, mention très bien.

2009-2010 Master 1 « Économie et Société » à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Mémoire de recherche : « La Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Constitution, discours et appartenance », sous la direction de Sylvie Pédron-Colombani, mention très bien.

2006-2009 Licence de sociologie (sociologie-ethnologie) à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, mention assez bien.

Activités pédagogiques


2013-2014
Enseignant vacataire à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (144h).
- « Introduction à la sociologie » (TD), Licence 1, UFR des Sciences Psychologiques et des Sciences de l’Éducation (48h).
- « Transformations des sociétés contemporaines » (TD), Licence 1, UFR des Sciences Psychologiques et des Sciences de l’Éducation (24h).
- « Initiation à l’enquête qualitative en sociologie » (TD), Licence 1, UFR des Sciences Psychologiques et des Sciences de l’Éducation (48h).
- « Introduction à la socio-anthropologie du monde contemporain » (TD), Licence 2, UFR de Sciences Sociales et Administration (24h).

2012-2013
Enseignant vacataire à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (96h).
- « Introduction à la sociologie » (TD), Licence 1, U.F.R de Sciences Psychologiques et de Sciences de l’Éducation (48h).
- « Transformations des sociétés contemporaines » (TD), Licence 1, U.F.R de Sciences Psychologiques et de Sciences de l’Éducation (24h).
- « Initiation à l’enquête qualitative en sociologie » (TD), Licence 1, U.F.R de Sciences Psychologiques et de Sciences de l’Éducation (24h).

2011-2012
Enseignant vacataire à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (72h).
- « Introduction à la sociologie » (TD), Licence 1, U.F.R de Sciences Psychologiques et de Sciences de l’Éducation (24h).
- « Transformations des sociétés contemporaines » (TD), Licence 1, U.F.R de Sciences Psychologiques et de Sciences de l’Éducation (24h).
- « Initiation à l’enquête qualitative en sociologie » (TD), Licence 1, U.F.R de Sciences Psychologiques et de Sciences de l’Éducation (24h).

Publications

Recensions dans des revues sans comité de lecture :

- « Irène Théry, Des humains comme les autres. Bioéthique, anonymat et genre du don », Bulletin Amades, 84, 2011.

Communications

- « Être atteint d'une tumeur testiculaire : une disqualification de la sexualité et du genre ? », Séminaire De la recherche en philosophie et en sociologie : pratiques croisées, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, 12 février 2014.

- « Cancer, genre et sexualité au masculin. Quelques retours sur une enquête auprès d'hommes atteints d'une tumeur testiculaire », 4ème Journée d’étude du groupe « Cancer et SHS » du « Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société », Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, La Plaine Saint-Denis, 6 juin 2013.

- « Gérer les implications d’un cancer suite à son traitement : l’exemple des hommes atteints d’une tumeur testiculaire », Séminaire du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco), Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, 14 décembre 2012.

- Présentation d’un poster : « La gestions des implications d’un cancer des cellules germinales chez l’homme », 8e colloque du Cancéropôle Île-de-France, Paris, 20 novembre 2012.

- « Penser l’incertain de « l’après-maladie » à travers l’exemple de la gestion des implications du cancer des cellules germinales chez l’homme », XIXe congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), Rabat, 2-6 juillet 2012.

- Présentation d’un poster : « Un cancer, et après ? Prise en charge médicale et modalités de détermination et d’organisation des conditions et des choix de vie à la suite d’un cancer. L’exemple des hommes atteints d’une tumeur germinale », 7e colloque du Cancéropôle Île-de-France, Paris, 29 novembre 2011.

- « La prise en charge médicale des hommes atteints d’une tumeur germinale, ses implications et leur gestion (GerminaCan : Tumeurs germinales) », 1er séminaire du GERICSS (Groupement d’enseignement et de recherche interdisciplinaire « Cancer, Santé, Société »), Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, 15 novembre 2011.

Activités de recherche

Organisation d'événements scientifiques :
- Co-organisation de la 4ème Journée d’étude intitulée « Cancer, genre et sexualité » du groupe « Cancer et SHS » du « Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société », Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, La Plaine Saint-Denis, 6 juin 2013.

Participation à des projets de recherche :
Depuis 2013 Membre du groupe de travail « Cancer et SHS » du « Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société ».

2012-2013 Participation à la recherche collective « La coordination des soins ambulatoires durant la phase thérapeutique aiguë du cancer : regards des patients sur les pratiques médicales (CORSAC) » portée par Guillaume Coindard, Philippe Combessie et Anne Vega. Recherche financée par la Fondation Roche ainsi que l’Institut National du Cancer via le Cancéropôle Île-de-France.

Depuis 2011 Doctorant associé à l’Unité de Recherche en Sciences Humaines et Sociales (URSHS) de l’Institut de cancérologie Gustave Roussy (IGR).

Contrats de recherche

2011-2014 Financement Cancéropôle Île-de-France.

Mis à jour le 07 janvier 2014